Johannes LANDIS, « Un mot pour un autre : le rire comme introduction à un théâtre revivifié ». Journée d’étude Jean Tardieu l’humoreux, Association Jean Tardieu, Centre d’études poétiques, E.N.S. Lyon, 17 mars 2010. Responsable : Jean-Yves Debreuille, Anne-Christine Royère. À paraître dans les cahiers des amis de Jean Tardieu.

 

Bien que la fantaisie d’Un mot pour un autre saisisse d’emblée le lecteur/spectateur, la pièce propose un visage familier à plus d’un titre : fonctionnant comme un apologue, sa structure vaudevillesque met en scène des rôles codés de la tradition théâtrale. Cette familiarité permet au lecteur/spectateur de percevoir le travail sur la langue, source de rire, travail reposant sur la substitution, selon plusieurs critères : la sonorité du mot remplaçant s’accorde à celle du mot remplacé ; le rythme (le nombre de syllabes) des deux entités correspondent ; leurs connotations ont des sèmes partagés. Ce faisant, ce texte apparemment cantonné au simple divertissement acquiert une portée critique car les ficelles du théâtre y sont mises en abyme. Le décalage entre signifiants et signifiés souligne le caractère superfétatoire de la parole dans les relations sociales mais dévoile une issue : une poésie ludique où le mot devient jouet. Le rire permet donc l’émergence d’un théâtre revivifié, dépassant la tradition et la copie du réel.